Qui Sommes Nous

 ASSOCIATION DES COQUES EN BOIS

cliquer ici pour voir notre dépliant


« Marins pour rire, marins quand même » Georges Simenon

 

L’origine :

L'association a été créé, en novembre 2008, à l'initiative de propriétaires de bateaux traditionnels mouillant dans le vieux port et la ria de Pornic, convaincus que le vieux port, moins fréquenté par les bateaux de travail du fait de la diminution de l'activité professionnelle de la pêche, doit rester une image forte pour la ville de Pornic, dont il est, avec le château, le symbole. La présence de bateaux traditionnels ne peut que contribuer à l'animer, non seulement sur le plan maritime, mais aussi touristique.

 L’association a pour objet :

- De participer à la sauvegarde des traditions et du patrimoine maritime.

- D’encourager la connaissance de la mer et du sens marin par l’accès à la pratique de la voile traditionnelle, et la mise en place d’outils pédagogiques.

- De favoriser le regroupement des propriétaires de bateaux de caractère afin de mutualiser les savoirs faire, les matériels, développer l’entraide.

- De concourir à la mise en valeur de la richesse du site que constitue le vieux port de Pornic.

- D’organiser des regroupements de bateaux traditionnels et des animations nautiques.

- D’assurer la promotion de la flottille auprès des autorités portuaires et de la municipalité.

- De soutenir la mise en place de moyens et structures permettant la construction d’une chaloupe traditionnelle de la baie de Bourgneuf.

Vous trouverez les fiches signalétiques des bateaux membres sur ce site.

 

ETAT DES LIEUX

Les activités récurrentes

L’association compte aujourd’hui près de 150 membres à jour de leur cotisation 2014 (20 euros). Elle est ouverte à tous ceux et celles qui s’intéressent à la navigation à voile et aux bateaux traditionnels. Elle propose à ses adhérents plusieurs types d’activités tout au long de l’année :

- Sorties en flottille avec départ et retour sous voiles. Un spectacle qui ne manque pas de ravir les spectateurs.
- Opérations conjointes d'entretien: carénage au printemps sur le quai L’Herminier, Les marins présents étant prêts à répondre à toutes les questions.
- Ateliers techniques thématiques chaque automne et hiver : matelotage et apprentissage des noeuds marins deux fois par mois à la Maison des associations ; lecture de cartes marines et préparation à la navigation une fois par mois ; sessions sur la sécurité en partenariat avec la SNSM.
- Charpente marine et rénovation chaque semaine, de bateaux, propriété de l’association : entretien approfondi du cotre Anelor et remise en état de navigation du de canot, annexe de langoustier « mauritanien », Jolie-Marion.
- Apprentissage de la navigation à la voile à bord d’Anelor (sorties contributives à la caisse de bord assurant une part d’autofinancement de son entretien) et de godille sur Yoyo, canot noirmoutrin, propriété de l’association, remis en état par les adhérents en 2012/2013.


« Coques en bois » s'associe et prend une part active aux manifestations pornicaises déjà existantes comme la Fête de la Mer ou les Voiles de Tradition. L’association est partie prenante également de l’échouage des bateaux à La Bernerie-en-Retz (1) qui concoure à l’accroissement de l’attrait touristique pour cette commune de la baie.
De plus, la flottille participe aux manifestations nautiques régionales telles que "les Régates du Bois de la Chaise" à Noirmoutier, ou « La Semaine du Golfe du Morbihan », où elle a à coeur de porter les couleurs de Pornic.

(1)Lire revue Chasse-Marée de décembre 2013, p8

Les événements annuels

Les Rencontres de Pornic

Depuis l’année qui a vu la création de l’association, « Coques en bois » organise chaque printemps un rassemblement régional de bateaux traditionnels qui viennent tant du Sud que du Nord-Ouest : de La Rochelle ou des Sables, de La Roche-Bernard à Piriac , de Nantes ou Saint-Nazaire et bien sûr de Noirmoutier.
A chaque édition ce sont plus de trente bateaux traditionnels, certains classés monuments historiques, beaucoup comme Bateau d’intérêt patrimonial, qui se rassemblent dans le vieux port et régatent en baie.

Les Journées du Patrimoine

Lors des Journées Nationales du Patrimoine, « Coques en bois » invite les propriétaires adhérents à abattre leurs bateaux en carène sur la plage du château et à établir leurs voiles. Des tannages de voiles sont également mis sur pied à cette occasion. Une mise en scène fort prisée par les peintres et les photographes…, ce qui permet de nouer des partenariats avec les associations pornicaises de peintres et de photographes.
De plus la synergie créée par ce rassemblement de bateaux traditionnels et l’ouverture exceptionnelle au public du château, demeure privée, ainsi que la présence d’associations culturelles pornicaises marque de façon festive la période estivale.

L’échouage à La Bernerie-en-Retz

Plus qu’une simple plage, mais pas tout à fait un port pour les bateaux qui s’y trouvent au mouillage, surtout à la belle saison, le site de la Bernerie-en-Retz est qualifié « d’abris côtiers », non sans une pointe d’humour, par ses usagers et leur association éponyme. Celle-ci, avec le soutien de la municipalité, organise en partenariat avec « Coque en bois », « L’échouage à La Bernerie ».
Tributaire de forts coefficients et conditionné par l’état de la mer, cet événement conduit l’ensemble de la flottille « Coques en bois » à mener une navigation groupée de bateaux traditionnels, dans la baie de Bourgneuf. Il permet de rappeler ainsi le riche passé maritime de ce qui s’appelait autrefois « La baye de Bretagne » pour reprendre le titre d’un ouvrage d’un célèbre marin de La Bernerie, le capitaine cap-hornier, Louis Lacroix (2).

A terme, ce partenariat entre « Coques en bois » et La Bernerie en Retz pourrait déboucher sur la construction d’une chatte, navire amphydrome, emblématique des étiers du Marais Breton et de la Baie de Bourgneuf. Il s’agit d’une« espèce de chasse-marée à fond plat « (…) Ce bâtiment ne vire pas de bord, il change seulement ses voiles lorsqu’il louvoie, l’avant devient l’arrière, et réciproquement » (3). Une mise en oeuvre qui répondrait à l’un des objets initiaux de l’association « Coques en bois ».

(2)Louis Lacroix. Issu d’une lignée de marins du Pays de Retz, voit le jour à La Bernerie en 1877, il y décède en 1958.Capitaine de grands voiliers nantais durant sa carrière au long-cours, il devient ensuite écrivain-historien et publie de nombreux ouvrages sur les riches heures des grands voiliers du commerce ou de la pêche à la baleine.

(3) Amiral Willaumez. Dictionnaire de marine 1831. Réédition Le Chasse-Marée / Ar Men.

Une flottille aujourd’hui conséquente

Ce qui au départ était un souhait des membres fondateurs de l’association, à savoir : « développer une flottille significative de bateaux traditionnels redonnant vie au vieux port de Pornic » est devenue une réalité tangible. De cinq bateaux traditionnels, la flottille en compte aujourd’hui une trentaine dont plus des deux tiers sont des bateaux de travail et une vingtaine, labélisée Bateau d’intérêt patrimonial (4).
« Et maintenant avec votre humble bateau, vous faites partie de l’océan, vous en êtes une parcelle… » Georges Simenon, « Marins pour rire, marins quand même » (5)

Les soutiens des collectivités territoriales

Depuis sa création « Coques en bois » bénéficie du soutien de la municipalité, tant sur le plan financier que logistique comme lors des rassemblements nautiques ou par la mise à disposition d’un vaste hangar au Clion. Le Conseil général pour sa part assure la mise en place annuelle de mouillages dans le vieux port, de mai à octobre.

Des partenariats avec des entreprises locales

« Coques en bois » a noué des partenariats avec des entreprises locales, soit sous forme de dons en matériels ou expertises soit sous forme financière.
Ainsi, la société Jade Voiles a contribué à la refonte des voiles d’Anelor par le don d’une grand’voile et la tenue de sessions de formation sur la confection et le réglages des voiles ; l’armement Le Bringantin a offert l’ancien moteur de ce navire, en état de marche, et l’armateur mène des sessions de formation de mécanique pour les membres de l’association ; l’entreprise de charpente Guillot a offert du bois d’oeuvre pour la création d’un échafaudage pour la rénovation d’Anelor ; enfin, la Caisse Locale de Crédit Agricole a fait un don de 700 euros en vue de l’équipement technique de l’atelier de l’association.

(4) Label délivré par la Fondation du patrimoine maritime et fluvial (FPMF), fondée par le sénateur des Côtes d’Armor, Louis de Catuelan, et par Jean-Yves Le Drian, alors Secrétaire d’Etat à la mer.
(5) Georges Simenon, in « Marins pour rire, marins quand même. Simenon en bateau », éditions Livre de poche - La lettre et la plume. Paris, juin 2013.

 

LES DEVELOPPEMENTS FUTURS

Un atelier technique associatif

La municipalité vient de doter l’association d’un atelier pédagogique de 80 m2, situé rue du canal, à l’emplacement de l’ancien chantier naval Fortineau. Un clin d’oeil à l’histoire maritime de Pornic. Ce local permettra d’accueillir des ateliers techniques comme les séances de matelotage, de mécanique et bien sûr de charpente navale. Il permettra aussi aux adhérents de mener des travaux en lien avec leur propre bateau sous réserve de disponibilité des lieux et au travers d’une convention. Ce local devra être équipé de l’outillage adéquat, notamment d’un combiné de menuiserie.

Les bateaux de l’association

« Coques en bois » possède actuellement quatre bateaux qui lui ont été offerts.

Reine d’Arvor : un ancien goémonier du Nord-Finistère de 8 m, transformé en cotre aurique mais dont l’état de la coque ne permet pas la rénovation. Toutefois de nombreux éléments de son gréement et son ensemble propulsif (moteur, inverseur, arbre et hélice) sont réutilisables ; des pièces de charpente peuvent servir comme supports pédagogiques.

Yoyo : canot noirmoutrin de 4 m, remis en état de navigabilité par les adhérents de l’association et support pédagogique pour la navigation proche et l’apprentissage de la godille ou des avirons.

Anelor : sloup de plaisance de 8,60 m, construit au chantier Sibiril de Carantec sur des plans de l’architecte britannique de renom « Jack » Laurent Giles. Anelor est un « Normandy Class », du nom de la classe de bateaux à laquelle il est rattaché. Don du club nautique de Pornic, il nécessite de sérieux travaux de rénovation en raison de la découverte de pourriture du bois sur les hauts de sa coque et d’une partie du roof. Pour ce faire, il a dû être complètement dégréé et conduit dans la hangar du Clion. Ce chantier doit prendre plusieurs mois avec l’objectif de remettre Anelor à l’eau au début du printemps prochain. Ce chantier est mené à bien par les adhérents de l’association.

Jolie Marion (ex Mado) : une annexe de langoustier de Douarnenez de 6,90 m, construite au Chantier de Cornouaille à Douarnenez. Don d’un adhérent de l’association, il s’agit aujourd’hui d’une coque nue en excellent état qu’il convient de transformer en bateau navigable pouvant accueillir 5 à 6 personnes en journée. Ce projet de rénovation va porter sur environ deux ans et s’articule autour de quatre axes : la charpente navale et l’aménagement du bateau, la constitution du gréement et du matelotage afférent, la mécanique avec rénovation d’un moteur marin appelé à équiper ce bateau, enfin la recherche historique et iconographique liée à la Jolie Marion et à son chantier de construction.

Pornic, port d’intérêt patrimonial ?

« Le patrimoine maritime culturel est un élément primordial et souvent oublié du développement durable des littoraux », souligne l’Observatoire du patrimoine maritime culturel de Bretagne (6). « Les mutations économiques et sociales sur les littoraux sont si radicales (tertiarisation des activités, urbanisation et développement du tourisme et des loisirs), les pressions foncières sont si fortes, les besoins de réaménagement si généralisés qu’il existe un risque culturel de se couper du passé et, par là même, de perspectives d’avenir ».
Toutefois, actuellement, nous assistons à « l’invention d’une nouvelle urbanité littorale », écrivent des universitaires (7). Celle-ci se construit autour de quatre fonctions complémentaires.

Ces chercheurs rappellent tout d’abord que, « les villes littorales restent des ports ». De fait, le vieux port de Pornic est toujours un port de pêche, dans lequel se pratique chaque hiver la pêche à la civelle. Bien que basés, pour des raisons de commodités, au port à flot de La Noéveillard, certains bateaux débarquent régulièrement leurs captures au vieux port. D’autres y déposent leurs apparaux, chaluts ou dragues à coquilles, et tous y viennent faire leur plein de gazole.

Néanmoins, le vieux port de Pornic ne constitue plus le lieu d’amarrage de ces bateaux, ce sont les navires des adhérents de l’association qui confèrent aujourd’hui à ce lieu son caractère originel de port de pêche. La présence de ces nombreux bateaux classés « bateau d’intérêt patrimonial », confère de fait, un caractère patrimonial au vieux port.

En deuxième lieu, on constate « l’émergence dans les villes littorales d’un urbanisme portuaire souvent novateur, fondé justement sur un travail de définition d’une cohabitation ville port, sur un mode contemporain. » La rénovation de la ria de Pornic, entre bien dans ce cadre.
Autre observation, « la ville maritime est devenue également pôle nautique, c’est le troisième pilier de sa séduction ». Cela est une évidence pour Pornic…

Enfin, « un quatrième pilier complète l’ensemble : celui du développement dans ces villes d’une culture festive et inventive qui dépasse celle du patrimoine maritime des années 1990-2000 ».

Le vieux port de Pornic, rectangle de moins de 5 hectares, délimité par les quais Leray au Nord, L’Herminier au Sud, le pont et la rue du 8 Mai 1945 au Nordet, et ouvert par la passe du môle à l’Ouest, peut-être qualifié d’idiosyncratique, c’est-à-dire d’unique en son genre. En effet, il cumule de façon simultanée plusieurs fonctions en synergie.

Il est donc, tout à la fois :

- port de pêche comme indiqué supra,
- lieu de pêche à la civelle de décembre à avril
- place d’amarrage à quai et d’échouage sur coffres de mai à novembre (hors période de pêche à la civelle)
- espace d’entretien des bateaux avec le radier et les tins
- zone de mise à sec et de carénage des bateaux de pêche et de plaisance, avec la grue du quai L’Herminier (8), dont l’usage est concédé à l’entreprise PMPP de Pornic
- quai d’embarquement/débarquement pour les navires traditionnels à passagers basés à Pornic : Le Brigantin et Corsaires de Retz ou à Noirmoutier : O’Abandonado
- d’exutoire de marais par le canal de Haute Perche
- lieu de cheminement pédestre et de pique-nique sur les gradins du pont de l’Europe
- enfin, la proximité de la minoterie Soufflet (marque Baguépi) et ses norias quotidiennes de semi-remorques lui confère un caractère industriel.

Mesurées à l’aune de cette analyse du vieux port de Pornic, il apparaît que les actions de l’association « Coques en bois », contribuent pour partie, et dans les domaines qui sont les siens, à placer Pornic et son territoire communautaire dans cette nouvelle maritimité contemporaine.

La reconnaissance de cette spécificité du vieux port de Pornic et des actions menées par « Coques en bois » est donc un enjeu primordial pour l’avenir qu’il conviendrait de mieux valoriser, à la fois dans une optique testimoniale, pédagogique et touristique qui ne pourrait n’être que bénéfique pour toutes les collectivités territoriales concernées et leurs habitants, petits ou grands.

(6) Créé par l’université de Bretagne Occidentale Victor Ségalen et soutenu par le Conseil général du Finsitère
(7) In Les Français, la terre et la mer. Sous la direction de Alain Cabantous, André Lespagnol, Françoise Péron. Editions Fayard. Paris, 2005.

(8) Cette grue, toujours active, date de 18.., pouvant soulever jusqu’à 10 T, donc bien au-delà de la grande majorité des bateaux locaux, mérite d’être classée au titre du Patrimoine industriel.

 

Le Président - JC Le Berre

 

Contact : Association Coques En Bois , Maison des Associations 4 rue de Loraine 44210 PORNIC

Les bateaux de l'Association des Coques en Bois se doivent de suivre les Bonnes Pratiques en matière de carénage et de relations avec la Capitainerie du port de Pornic-Gourmalon.

Cliquer ci-dessous pour télécharger, lire et relire le Règlement du port de Pornic-Gourmalon.

reglement-port-de-gourmalon.pdf reglement-port-de-gourmalon.pdf

Date de dernière mise à jour : 19/03/2016